[Avis] Muse, mon avis sous la contrainte !

le mercredi 17 mars 2021 par Tinou
1 J'aime(s)

Aujourd’hui, je ne vais pas vous parler du célèbre groupe britannique mais bel et bien d’un jeu de société. Créé par Jordan Sorenson, illustré par André Garcia, Apolline Etienne et Kristen Plescow, Muse est un jeu d’interprétations d’images édité par Quick Simple Fun Games et distribué chez Don’t Panic Games. Dans un genre dominé par l’indétrônable, le classique, que dis-je, le monument Dixit, voici un nouvel outsider qui a tout à prouver pour se faire une place dans la catégorie.

muse-review-scoringames-1.png

Précision importante avant d’entrer dans le vif du sujet : j’ai découvert Muse avant Au Creux de ta Main, même si l’article sur ce dernier est paru il y a un moment. Mon ressenti sera donc un mélange entre les sensations, émotions, ressenties à la découverte du titre et la prise en compte de mon énorme coup de coeur pour le jeu de Timothée Decroix.

Dixit, Mysterium, Obscurio, etc. Les jeux d’interprétations d’images ne manquent pas et je me demandais bien ce que le genre pouvait encore avoir à offrir. Si vous revenez de mon papier sur Au Creux de ta Main vous avez quelques éléments de réponse, mais Muse a aussi apporté sa pierre (voir plusieurs) à l’édifice. Prévu pour être joué jusqu’à 12 joueurs, le jeu de Jordan Sorenson détient le record du jeu permettant de réunir le plus de joueurs autour d’une table et d’un jeu (même si le contexte actuel ne le permet pas) ! Ces derniers devront être répartis dans des équipes de deux à trois joueurs. Le but est simple : la première équipe qui parvient à posséder cinq cartes Chef d’œuvre remporte la partie.

Pour cela, vous allez enchaîner des manches qui suivent toujours le même schéma. Une équipe adverse va piocher six cartes illustrées de la pioche et deux cartes contraintes. Après une rapide analyse, vos ennemis du jour vont choisir une carte Chef d’oeuvre en l’associant à une contrainte et dévoiler ces deux cartes à la Muse de votre équipe. Grosso merdo, le rôle de cette personne est central puisque c’est elle qui va vous donner un indice afin de trouver la bonne carte tout en respectant la contrainte (fredonnez une chanson, mimez quelque chose ou citez un animal, etc). S’en suit une phase de recherche durant laquelle la Muse sera, bien évidemment, réduite au silence en vous laissant galérer pour trouver LA carte parmi un pool de six. Si votre équipe trouve, elle remporte la carte, sinon c’est l’équipe adverse qui la récupère.

muse-review-scoringames-2.png

Ainsi l’originalité principale qui est proposée par Muse est l’apparition de cartes contraintes, une trentaine en tout dans le jeu, afin d’apporter du piquant au genre. Et je dois dire que ça marche plutôt pas mal ! On se prend au jeu assez rapidement, la majorité des contraintes faisant appel à votre culture générale, elles ne sont pas insurmontables en termes de challenge. Elles apportent une double dimension au genre.

D’une part, cela va permettre une interprétation de la part de l’équipe adverse qui va chercher à associer une contrainte avec le maximum de chefs d’œuvre pour corser la tâche de la Muse. Cette dernière va apporter une deuxième lecture, très personnelle, et la livrer à son équipe, dernier niveau d’interprétation. On note donc une profondeur plus accrue avec l’ajout de cet intermédiaire par rapport à un Dixit ou un Mystérium mais qui reste en-dessous de celle proposée par Au Creux de ta Main.

D’autre part, la contrainte elle-même joue un double emploi. Certes elle est là pour « emmerder » la Muse mais elle constitue également un fil conducteur, un guide, pour cette dernière. Là où un Dixit vous laisse totalement libre dans l’indice dévoilé aux autres joueurs, Muse accompagne le joueur et permet de dynamiser considérablement le rythme des parties. Il n’a pas été rare – dans mon expérience de joueur – qu’une personne passe cinq minutes, voire plus, à trouver son mot dans Dixit alors que dans Muse ça fuse en une dizaine de secondes tout au plus.

En termes de sensations de jeu, Muse met une jolie ambiance autour de la table si l’équipe adverse ne lésine pas sur les invectives afin de déconcentrer l’équipe en charge de trouver sa carte. La Muse quant à elle sera dans ses petits souliers jusqu’au dénouement fatidique qui sera l’occasion soit de fanfaronner, soit de se faire encore plus petit. Le jeu ne déroge pas à la sacro-sainte règle de tous les jeux du genre : vous aurez 84 cartes chef d’œuvre pour renouveler vos parties et que dire des illustrations des trois artistes (André Garcia, Apolline Etienne et Kristen Plescow) si ce n’est qu’elles sont splendides et que vous trouverez de tout : des dessins ésotériques comme des choses plus réalistes, sur ce point Muse ne déçoit pas.

muse-review-scoringames-3.png

swiss-army-knife.png
Mi-figue, mi-raison, neutre

Muse s’appuie sur un concept simple, rapide et efficace. Le genre de l’interprétation d’images peut compter sur un nouveau membre qui apporte à ce dernier les contraintes. Plus profond qu’un Dixit, plus rapide qu’un Mysterium, moins subtil dans sa démarche qu’un Au Creux de ta Main, le titre de Jordan Sorenson nous a fait passer un agréable moment et a constitué une excellente découverte. Toutefois, je dois bien vous avouer que depuis l’arrivée du jeu de Timothée Decroix, Muse sort de plus en plus rarement sur notre table de jeu. Je le conseille à tous les joueurs qui cherchent un jeu dans cette catégorie qui soit rapide à mettre en place (8 secondes), proposant une bonne profondeur de jeu avec une triple interprétation et amenant de la discussion entre les joueurs avec l’apport des contraintes.

swiss-army-knife.png
Mi-figue, mi-raison, neutre

Muse s’appuie sur un concept simple, rapide et efficace. Le genre de l’interprétation d’images peut compter sur un nouveau membre qui apporte à ce dernier les contraintes. Plus profond qu’un Dixit, plus rapide qu’un Mysterium, moins subtil dans sa démarche qu’un Au Creux de ta Main, le titre de Jordan Sorenson nous a fait passer un agréable moment et a constitué une excellente découverte. Toutefois, je dois bien vous avouer que depuis l’arrivée du jeu de Timothée Decroix, Muse sort de plus en plus rarement sur notre table de jeu. Je le conseille à tous les joueurs qui cherchent un jeu dans cette catégorie qui soit rapide à mettre en place (8 secondes), proposant une bonne profondeur de jeu avec une triple interprétation et amenant de la discussion entre les joueurs avec l’apport des contraintes.


Aucun meeple sauvage n'a commenté ici !