[Avis] Harry Potter - Bataille à Poudlard, mou du lard

le jeudi 18 mars 2021 par Tinou
1 J'aime(s)

Après Hogwart’s Battle, la licence Harry Potter revient dans un jeu de société plus « costaud » que les Dobble et autres Strike réservés à un public plus novice va-t-on dire, j’ai nommé Harry Potter – Bataille à Poudlard. C’est peu dire que je suis fan de Harry Potter. J’ai grandi avec les livres, les films et la Pottermania. J’avais onze ans quand j’ai lu le premier tome, soit le même âge que Harry quand il a débarqué à Poudlard, il a donc été facile pour moi de créer un sentiment d’identification durant mon adolescence. Bref, le but n’est pas de passer pour un vieux con mais de dire qu’avec un jeu HP, il y a une énorme attente d’une fan de la première heure et il ne faudra pas se louper sur le contenu de la marchandise.

bataille-a-poudlard-review-scoringames-1.png

Bataille à Poudlard a tout pour être un coup de coeur. Au niveau du thème déjà. Oui Harry Potter mais cela ne suffit pas pour en faire un bon jeu ! Le titre propose un duel de sorciers avec une mise en place qui respecte les codes d’un duel tel que décrit dans les romans ou mis en scène dans le film Harry Potter et la Chambre des Secrets. Un excellent point ! Chaque joueur sera situé au centre d’un plateau et devra, pour remporter la partie, amener son adversaire au bout de la piste afin de l’étourdir. Au troisième étourdissement, à vous la victoire. Exit donc le côté coopératif de Hogwart’s Battle, exit également la possibilité de jouer à quatre joueurs, c’est un combat entre vous et votre adversaire à grand renfort de baguettes magiques.

Bataille à Poudlard propose une petite nouveauté par rapport à son aîné qui se révèle fort sympathique et va faire vibrer le cœur des fans : la possibilité de choisir sa Maison. Absente de Hogwart’s Battle (et c’est logique puisque nous incarnions 4 Gryffondor), la feature remplit son rôle de fan service et a une incidence sur le gameplay. En effet, certaines cartes Poudlard sont affiliées désormais à l’une des quatre Maisons de l’univers. Ainsi, vous bénéficierez d’un effet bonus en utilisant une carte en appartenant à la Maison correspondante. Une vraie bonne idée qui pourra être gâchée par l’équilibrage du jeu comme nous le verrons plus tard.

bataille-a-poudlard-review-scoringames-2.png

Mais reprenons un peu par le commencement. Bataille à Poudlard base son gameplay sur la mécanique du deck-building. Afin d’inclure les novices en langage ludique : vous disposez de cartes de départ vous permettant de faire des actions, le but étant d’améliorer vos possibilités en acquérant de nouvelles cartes. Le titre ne réinvente pas la mécanique, et je ne crois pas que ce soit le but, et propose une forme plutôt « classique » pour le genre. Lors de votre tour vous pouvez jouer les cartes de votre main dans l’ordre que vous souhaitez, réaliser les actions associées, puis vous défausser le tout avant de piocher cinq nouvelles cartes. Et ainsi de suite jusqu’à la victoire sur votre adversaire ! Tout le sel du genre est d’optimiser son paquet de cartes en fonction de votre stratégie. Par exemple, vous avez tout intérêt à acheter des cartes liées à Serpentard si vous avez choisi cette Maison. Mais prendre une carte juste pour prendre une carte peut pénaliser la rotation de ces dernières. Acheter des cartes c’est prendre le risque d’utiliser moins souvent les meilleures de votre paquet… Pour palier à cela, la plupart des jeux du genre embarque un petit twist permettant d’épurer son jeu des cartes qui nous servent moins ou qui sont devenues moins puissantes. Ce n’était pas le cas de Hogwart’s Battle et ça manquait cruellement (au point que cela a été ajouté via les extensions). Heureusement pour nous, Bataille à Poudlard permet de bannir des cartes mais attention, il est fort possible que ce ne soit pas en votre faveur et que ce soit l’œuvre d’un maléfice lancé par votre adversaire !

Les cartes et l’iconographie sont dans la même lignée que Hogwart’s Battle. Vous allez gagner des éclairs permettant d’infliger des dégâts à votre adversaire (et donc de le faire reculer sur sa piste), vous allez gagner des coeurs qui vont vous permettre de vous soigner (et donc d’avancer sur votre piste), vous allez gagner des sous permettant d’acheter de nouvelles cartes et voilà. Les cartes sont de nouveau réparties par objets, alliés et sorts. La seule nouveauté est l’apparition des cartes Maléfices qui vont rejoindre le jeu de votre adversaire pour lui pourrir la vie. Concrètement, avant de jouer la moindre carte, vous allez devoir résoudre les maléfices de votre main si vous en possédez : réduction d’éventuels gains, interdiction de piocher à son tour, perte de vie, etc. Les effets sont nombreux et vont vraiment vous pénaliser. Pas d’inquiétude, il existe un moyen assez simple de vous débarrasser de ces cartes.

Une mécanique qui roule, un thème respecté et de nouvelles idées fort sympathiques, Bataille à Poudlard constitue une excellente pioche pour l’instant. Mais, oui il y a un mais, il est temps d’arriver aux choses qui fâchent.

bataille-a-poudlard-review-scoringames-3.png

Tout d’abord, puisque nous sommes en plein dans les cartes, on a trouvé qu’il y avait un certain déséquilibre entre les Serpentard et les cartes des autres Maisons. Grosso modo, chacune d’entre elles va impacter un aspect du jeu, donc d’adopter un style de jeu. Les Gryffondor cherchent à étourdir de manière efficace avec un gain centré sur les éclairs. Les Poufsouffle vont vous faire gagner des sous afin d’acquérir des cartes puissantes avec facilité. Les Serdaigle misent sur une synergie de votre deck avec une possibilité accrue de piocher à chacun de vos tours. Tandis que les Serpentard adoptent un style permettant de faire défausser des cartes non Maléfices ou justement d’ajouter des cartes Maléfices au jeu de l’adversaire. Thématiquement c’est bien vu puisque ce sont un peu les « connards » de l’univers, ceux qui mettent la tête des gens dans les toilettes. Dans le jeu, cela revient à entraver, voire complètement paralyser, le jeu adverse. Pour résumé, on se retrouve avec trois styles orientés soutien et un dernier ultra agressif, beaucoup trop agressif pour être contré efficacement.

Un duel de sorciers dans l’imaginaire est censé être quelque chose d’intense avec moult effets spéciaux et pyrotechniques comme lorsque Dumbledore et Voldemort s’affrontent dans Harry Potter et l’Ordre du Phénix. Cette intensité, je ne la retrouve pas dans Bataille à Poudlard. C’est même plutôt l’inverse… Le rythme se révèle assez mou et on a l’impression de faire des va-et-vient constants entre le centre et le bout de notre piste. On gagne 2 cœurs on avance, on perd 3 cœurs, on regagne 1 cœur, on perd 1 cœur, on gagne 4 cœurs, etc, etc, etc. La conséquence est un temps de partie qui peut osciller entre une quarantaine de minutes et une heure trente. De quoi devenir fou avec le sentiment de ne pas réussir à optimiser suffisamment son deck pour réussir à prendre l’ascendant sur l’adversaire. C’est franchement dommage car avec un gameplay plus nerveux, des duels durant 30 minutes à tout casser, on tenait entre nos mains un produit qui, non seulement, respectait l’univers avec brio mais aurait proposer un gameplay assez atypique pour un deck-building, donc quelque chose d’original dans le monde ludique.

bataille-a-poudlard-review-scoringames-4.png

spider.png
On l'a rangé où ce jeu déjà ?

Harry Potter délaisse la coopération face aux forces du Mal et propose un duel entre deux sorciers anonymes devant choisir leur Maison. Si Bataille à Poudlard, tout comme Hogwart’s Battle, transpire l’amour pour la licence avec un respect total de l’univers et si de bonnes idées viennent s’intégrer au gameplay (effet bonus en fonction de votre Maison, possibilité de bannir des cartes, les Maléfices), deux points rédhibitoires pointent le bout de leur baguette pour moi. D’un côté, un déséquilibre trop proéminent avec les cartes Serpentard, de l’autre, un problème de rythme qui m’empêche de ressentir l’excitation et la tension d’un duel de sorciers.

spider.png
On l'a rangé où ce jeu déjà ?

Harry Potter délaisse la coopération face aux forces du Mal et propose un duel entre deux sorciers anonymes devant choisir leur Maison. Si Bataille à Poudlard, tout comme Hogwart’s Battle, transpire l’amour pour la licence avec un respect total de l’univers et si de bonnes idées viennent s’intégrer au gameplay (effet bonus en fonction de votre Maison, possibilité de bannir des cartes, les Maléfices), deux points rédhibitoires pointent le bout de leur baguette pour moi. D’un côté, un déséquilibre trop proéminent avec les cartes Serpentard, de l’autre, un problème de rythme qui m’empêche de ressentir l’excitation et la tension d’un duel de sorciers.


Aucun meeple sauvage n'a commenté ici !